Foire aux questions

Qu’est-ce que l’austérité?

L’austérité est une approche économique qui consiste à réduire, en période de difficultés économiques, les dépenses de l’État et à augmenter les impôts, le but étant de résorber les déficits publics et de diminuer l’endettement.

Ici, au Québec, l’austérité se traduit par des coupes effrénées dans les réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, dans les services sociaux, dans les outils de développement économique, les organismes communautaires, les programmes sociaux, etc. pour atteindre l’objectif du déficit zéro pour 2015-2016.

Avec son approche idéologique qui provoquera des privatisations et des tarifications, le gouvernement Couillard ne considère jamais de nouveaux revenus pour l’État.

Quelle forme prendra la lutte contre l'austérité en 2015?

L’année 2015 promet en effet des mobilisations d’envergure.

Le 8 mars,  la Journée internationale des femmes prévoit des activités partout au Québec. Pour plus de détails, communiquez avec le conseil central de votre région.

Le 8 mars est aussi le début de quatrième action internationale de la Marche mondiale des femmes, sur le thème Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires, qui si déroule jusqu’en octobre.

L’identification des dangers que représentent les projets d’Enbridge et de TransCanada sonne l’alarme pour l’ensemble de la population québécoise. L’année 2015 permettra certainement aux mobilisations citoyennes de prendre de l’ampleur. Le Jour de la Terre, le 22 avril, sera l’une de ces occasions.

Au cours des prochains mois, les effets des mesures d’austérité continueront d’être dénoncées par nos syndicats et nos alliés.

Le renouvellement des conventions collectives des 500 000 travailleuses et travailleurs de l’État québécois par le Front commun sera un moment fort de notre mobilisation.

Finalement, il ne faut pas oublier que 2015 nous invite aussi à élire un nouveau gouvernement fédéral. Les politiques du gouvernement conservateur ont été catastrophiques sur les plans social et environnemental, en matière de travail, et même sur la scène internationale. Nous aurons l’occasion de nous débarrasser de ce gouvernement et nous mettrons toutes les énergies nécessaires pour le faire.

Le Québec est-il réellement trop endetté?

Oui, le Québec est endetté, mais la situation est beaucoup moins catastrophique que ce que certains, le gouvernement libéral en tête, aiment prétendre.

L’endettement du Québec est semblable à celui de la moyenne des pays de l’OCDE et beaucoup plus faible qu’en Irlande, en Islande, au Portugal, en Italie, au Japon, en Espagne et en Grèce. Les dettes européennes oscillent entre 90 % et 160 % du PIB.

Au Québec, le déficit représente 0,62 % du PIB. Il y a cinq ans, il en représentait 1,05 %. C’est donc dire que notre situation n’est pas aussi noire que les tenants des coupes dans les services publics et les programmes sociaux le clament.

Comment l’austérité accentue-t-elle les inégalités?

Les politiques d’austérité, qui consistent à sabrer les dépenses, minent de façon importante les acquis sociaux qui distinguent le Québec du reste de l’Amérique du Nord.

En réduisant les programmes et en ouvrant de plus en plus la porte au privé, l’austérité introduit le principe de l’utilisateur-payeur et occulte la fonction de la fiscalité dans la redistribution de la richesse, la justice sociale et l’équité.

Elle permet aux plus riches de se payer les services dont ils ont besoin, alors que les classes moyennes et moins nanties ne peuvent pas toujours, voire jamais, assumer ces dépenses. Le fossé entre les très riches et les autres se creuse donc davantage.

L’austérité nuit-elle aux non-syndiqué-es?

L’austérité nuit à toutes les Québécoises et à tous les Québécois.

Les parents d’enfants qui fréquentent les services de garde, l’école primaire, l’école secondaire sont touchés par l’austérité. Même chose pour ceux et celles qui étudient au cégep ou à l’université.

Tous ceux qui fréquentent le réseau de la santé et des services sociaux en sont affectés.

Tous ceux qui œuvrent dans une PME qui bénéficie de l’appui des outils de croissance économique du gouvernement sont également concernés.

Bref, l’austérité s’attaque à tout le monde, syndiqués ou non. En éliminant les centres locaux de développement, par exemple, les mesures d’austérité nuisent aussi aux entrepreneurs qui ont des projets qui peuvent créer des emplois dans leur communauté.

Quelles organisations participent à la lutte contre l'austérité?

La lutte contre l’austérité attire toutes les organisations militantes qui oeuvrent pour la défense de l’État social québécois: organisations syndicales, communautaires, féministes, environnementales et étudiantes, incluant : la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, la Fédération des femmes du Québec, les Médecins québécois pour le régime public, la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec, le Collectif pour un Québec sans pauvreté, etc.

Vous pouvez lire la déclaration du collectif « refusons l’austérité » et consulter la liste des organisations signataires ici

Comment puis-je afficher mon opposition aux politiques d’austérité du gouvernement libéral?

On vous invite à consulter la page évènements pour connaître la date des prochaines activités sur les politiques d’austérité et la page outil  de notre site. Vous y trouverez des images pour votre photo de profil et de couverture Facebook, ainsi que des toiles à diffuser.

Aimez notre page Facebook et partagez largement nos statuts. Vous pouvez aussi ajouter vos commentaires sur cette page publique ou sur le groupe de la CSN. Sur Twitter, vous pouvez vous abonner au compte @LaCSN et utiliser les mots-clics #austérité et #refusonstous.

Où puis-je me procurer du matériel pour manifester mon opposition à l’austérité?

Vous pouvez obtenir des affiches et des autocollants au siège social de la CSN (1601, av. De Lorimier, à Montréal, 514 598-2233) ou au conseil central de votre région.

On vous encourage à nous écrire à info@refusons.org afin que l’on puisse préparer votre matériel avant votre arrivée.